à l’Orient d’Eden : en quête du goût perdu

 

à l’Orient d’Eden : en quête du goût perdu

 

 

Ostertag à l'orient d'Eden 2013 Fronholz Gewurztraminer

 

A l’Orient d’Eden, Cain a été exilé sur les terres de Nod
L’Orient d’Eden est la porte d’accès au chemin de l’arbre de vie gardée par les chérubins à l’épée flamboyante
Ce vin évoque la luxuriance du jardin d’Eden et les voluptés orientales.

Ce vin est une quête d’un goût perdu
Ce vin est un avant-goût du paradis
Ce vin est une provocation
Ce vin est une offense à la bien-pensance
Ce vin est un pied de nez poétique
Ce vin est un contre-pied oeno-illogique
Ce vin est un bouquet de mots
Ce vin est une fleur érotique
Ce vin est une déclaration d’amour
Ce vin ne cherche pas à plaire
Ce vin cherche à faire
Ce vin dit la vie

 

FRONHOLZ

Le Fronholz est une colline détachée des Vosges, survivance de l’ancienne montagne effondrée en son milieu qui a donné naissance à la plaine rhénane.
C’est une sorte d’île, un sommet qui a survécu par un mystérieux jeu de failles géologiques.

Les vignes de Gewurztraminer poussent très exactement sur le flanc sud-ouest tourné vers l’occident et le couchant ce qui est très rare dans le vignoble alsacien.

La terre est faite de sables blancs siliceux et d’argile avec des cailloux de quartz et quelques vestiges de grès blanchis par le temps.
Il y a énormément de sels minéraux à l’origine d’une forte salinité qui caractèrise les vins du Fronholz.
C’est un terroir qui marque profondément les raisins qu’il produit à condition de savoir l’entendre.

 

Gewurztraminer

Le Gewurztraminer est un cépage très particulier, c’est le plus aromatique des cépages.
Gewurz signifie « épice » et évoque les splendeurs orientales.

On ne peut pas dire que le Gewurztraminer soit un vin à la mode, trop puissant et pas assez lisse pour la frilosité actuelle.
Il me rappelle l’univers de Süskind, un monde de parfums où le pire frole le meilleur, où l’imonde n’est jamais bien loin de la félicité.
C’est un voyou doublé d’un aristocrate, un séducteur-tentateur, Napoléon réincarné en Rudolf Valentino, un dominateur impossible à contrôler, un vrai cauchemar de vigneron !

 

2013

2013, année froide et tardive, nous a offert des vins à la finesse et l’élégance jamais connues depuis le début de cette nouvelle ère de réchauffement climatique.
Mais 2013 nous a aussi posé beaucoup d’interrogations à propos du Gewurztraminer, traditionnellement récolté en vendange tardive sur les parcelles du Fronholz, mais qui ne montrait que peu de signes du surmaturité alors même que la pluie arrivait et que l’hiver commençait à vouloir s’installer.

Nous y sommes donc allés pour récolter des raisins moins chargés en sucres mais où le terroir du Fronholz apparaît de façon nette et cristalline.

Les vendanges ont eu lieu les 24 et 25 octobre et le vin a été soutiré à 12° d’alcool, pour garder le maximum de fraicheur. Les 54 g/L de sucres restants en font certes un vin moelleux mais où la gourmandise du fruit est tonifiée par la précision saline du Fronholz qui estompe le caractère sucré et permet des accords surprenants, comme par exemple sur des volailles en sucré/salé relevées d’épices douces et de fruits secs.

 

L’étiquette, comme toutes celles du domaine, est l’oeuvre de notre artiste préférée Christine Colin

 

André Ostertag, avril 2016

toutes les pilules a été approuvé FDA pharmacie cialis prix generique viagra